FAQ

Qu'entend-on par « plantes chinoises » ?

Le terme « plantes chinoises » est en réalité une description qui prête quelque peu à confusion, utilisée pour désigner un ensemble hétérogène de (parties de) plantes qui ont subi une ou plusieurs préparations spécifiques. Il ne s'agit donc pas nécessairement de plantes qui poussent uniquement en Chine. Ce qui est par contre spécifique, c'est le choix constant des parties de la plante utilisées (racine, feuille, graine, fruit, tige etc.) ainsi que le mode de préparation. De plus, ces ingrédients sont presque exclusivement combinés en formules.

Que sont les formules de plantes chinoises ?

Des combinaisons développées au fil du temps et éprouvées, présentant un schéma fonctionnel qui soutient les fonctions physiologiques de l'organisme dans le domaine homéostatique. Les formules de plantes chinoises se caractérisent par la sélection de plantes qui, en synergie, peuvent soit se renforcer, soit se contrôler, pour obtenir une action modérée. La combinaison raffinée des goûts de base (amer, piquant, salé, sucré et acide) génère par ailleurs un équilibre subtil entre activité constructive et purificatrice.

En quoi les plantes chinoises diffèrent-elles de leurs cousines occidentales ?

Bien que les deux visent le même objectif, l'approche est fondamentalement différente. Les plantes occidentales sont utilisées individuellement ou en combinaisons réduites, sous forme d’infusion, tandis que les plantes chinoises le sont généralement en combinaisons plus complexes et en décoction (« faire bouillir ensemble »). Pour simplifier à l'extrême, on peut dire que l'herboristerie occidentale insiste davantage sur l'analyse, et sa consœur chinoise sur la synthèse. La première part des substances contenues dans la plante et cherche dans quel domaine les appliquer. La seconde part de l'observation du domaine pour chercher ensuite les composants végétaux qui peuvent s'y appliquer.

Comment un extrait sec granulé de la MTC est-il fabriqué ?

La préparation originale, qui est presque toujours une décoction dans l'eau, est évaporée et réduite à une masse concentrée et visqueuse. Celle-ci est dispersée dans un tunnel à flux d’enrobage. En même temps, des micro-particules de poudre de la même plante sont injectées dans le tunnel. Le concentré adhère aux particules de poudre, et le granule qui en résulte est ensuite entièrement déshydraté. Il faut entre 50 et 60 kilos de plante brute pour obtenir 10 kilos d'extrait sec. Chaque étape fait l'objet d'un contrôle des processus afin de vérifier que le profil chimique total de la solution initiale reste préservé jusqu'au stade du produit fini.

Autrement dit, le granule doit être 100% phyto-équivalent (ce qui signifie que le profil chimique doit être identique à celui de la solution aqueuse préparée) et aussi bio-équivalent que possible (ce qui signifie que la bio-disponibilité doit être comparable à celle de la solution aqueuse, tant du point de vue qualitatif que quantitatif).

Quelle est la différence avec d'autres extraits (hydro-alcooliques, alcooliques et supercritiques) et d'autres modes de préparation (poudres, teintures, concentrés hydrophiles etc.) ?

À quelques exceptions près, la décoction traditionnelle est toujours la référence pour renvoyer aux caractéristiques, aux mécanismes d'action et à l'éventuelle évaluation des risques spécifiques décrits dans la littérature traditionnelle.

L'utilisation standardisée de plantes moulues non traitées (poudre), d'extraits hydro-alcooliques, alcooliques et supercritiques, de teintures etc. n'a rien à voir ou presque avec le domaine homéostatique spécifique tel qu'il est décrit dans la littérature traditionnelle.

  • Le profil chimique diffère substantiellement de la référence traditionnelle (totum, spectre total).
  • La bio-disponibilité est différente, tant en qualité qu'en quantité.
  • Le profil de sécurité n'est ni comparable ni vérifié par la tradition. La littérature traditionnelle fournit des indications très précises stipulant quand il est utile ou indispensable d'utiliser un autre mode de préparation, toujours pour des raisons de qualité et/ou de sécurité. La standardisation linéaire d'une préparation traditionnelle pour en faire un cocktail de mono-composants n'apporte aucune valeur ajoutée et falsifie le profil de sécurité traditionnel.

Quelle est la meilleure façon de prendre les extraits granulés ?

La plupart des patients les mélangent à de l'eau chaude et les boivent entre les repas. Pour les enfants, il peut être indiqué de les mélanger à de la nourriture (compote de pommes, par ex.) du fait de leur goût.

Quelle est la dose recommandée ?

Pour les extraits granulés, les capsules ou les tablettes, veuillez consulter votre thérapeute.

Questions fréquemment posées concernant les concentrés de plantes